Projet d’établissement de notre école.

Bienvenue à l’école de Xhendelesse

Chers parents,

Voici le projet d'établissement de notre école .Il comprend le Projet Educatif et Pédagogique de la Ville de Herve, le Règlement d’ordre intérieur ainsi que le Projet Pédagogique de notre école qui définit les grandes
lignes des options suivies par notre équipe.

Dans un souci de développer harmonieusement la personne de chaque enfant en favorisant le développement optimal de ses compétences et en lui offrant toutes les occasions de se socialiser, il est indispensable de
travailler en synergie avec les familles

Lors des réunions d'information de septembre, nous vous ferons part de l'esprit de notre école, des pratiques de classe et nous essayerons de répondre au mieux à vos interrogations.
N'hésitez pas à prendre contact avec les enseignants ou la direction s'il y a le moindre problème.
Nous vous remercions pour la confiance que vous nous témoignez en nous confiant vos enfants et nous souhaitons à tous de passer une excellente scolarité sereine et riche en découvertes favorisant le développement
harmonieux de votre enfant!

Pour l'équipe pédagogique,
Muriel Julémont

Avant-propos :


Notre projet d’établissement est toujours en mutation puisqu’il reflète la vie de l’école et les remises en question au sein de l’équipe éducative. Nous souhaitons qu’il soit un outil au service de la réussite de chacun des enfants de l’école, au service d’une collectivité, plus dynamique, plus solidaire et donc plus enthousiaste. Il s’agit d’une tâche motivante.

Notre équipe pédagogique adhère pleinement au projet éducatif et pédagogique de la ville de Herve. Nous souhaitons faire de notre école ce lieu de tolérance et de respect qui privilégie l’épanouissement de chacun et donne à tous les meilleures chances d’acquérir les compétences les plus larges possibles.

1. Qu’allons-nous mettre en place pour vivre cette pédagogie ?

Nous optons pour une pédagogie participative où l’enfant construit ses apprentissages à partir de projets, de défis, de problèmes de vie, cette démarche étant le meilleur moyen de cultiver chez l’enfant le désir d’apprendre, de se dépasser. Il devient acteur de ses apprentissages, il a droit à l’erreur, est mis en confiance, respecté puisque pris en compte tel qu’il est. Le climat de la classe se doit d’être positif, sécurisant, et ainsi
permet à l’enfant d’oser apprendre, de s’exprimer.

Dans cette optique:

a. Mise en place de réunions de concertation entre les enseignants (par école, par cycles, par degrés …) chaque semaine.

b. Participation des enseignants aux formations continuées. Le choix de ces formations se fait en fonction des besoins de l’équipe mais aussi des besoins personnels de certains enseignants.

c. Ouverture sur notre environnement social, culturel, économique avec sorties extérieures en collaboration avec les parents.

d. Elaboration avec les enfants de règles de vie qui se construiront, non dans l’abstrait, mais en fonction de besoins, ceci dans un souci constant d’amélioration du cadre de vie dans le respect de chacun.

e. Mise en place progressive des espaces de paroles contrôlés dans chaque classe où nous cherchons, avec les enfants, des solutions aux problèmes qu’ils exposent, analysent,… Ils confrontent leurs idées, proposent des solutions afin que chacun puisse évoluer sereinement.

f. Recherche de démarches communes par cycles ou intercycles assurant la continuité des apprentissages.

g. Dans le même esprit, collaboration de différentes classes à des projets communs permettant d’établir cette continuité entre les apprentissages et de créer des liens basés sur le respect de l’autre entre les enfants d’âges
différents.

h. Mise au point, durant l’année, de critères d’évaluation communs à tous les enseignants et d’un bulletin qui reflète clairement la pédagogie de notre école.

i. Au fil des concertations de l’année, les enseignants analysent collégialement leurs pratiques en vue de la relancer ou de parfaire leur mission.

2. Mesures prévues pour respecter le rythme de travail de chacun des enfants.

- Individualisation lors d’activités en classe où l’enseignant peut mieux observer et aider chaque enfant.

- Evaluation au service de l’enfant, pour l’aider à progresser( Evaluation formative).

- Remédiations organisées par groupe de niveaux.

- Mise en place de contrats de travail.

- Mise en place d’ateliers au cycle 5-8..

- Soutien en lecture par des bénévoles.

- Introduction de l’outil informatique et utilisation de logiciels respectant le rythme de chacun et favorisant la différenciation.

-  …

ATTENTION.

Si la pédagogie active se veut au centre du projet, si nous voulons une école ouverte vers l’extérieur, tous ces éléments doivent être pris en compte dans le projet d’établissement non pas pour eux-mêmes mais pour atteindre les objectifs de la mission assignée à l’école c’est-à-dire l’acquisition de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être afin de permettre à chaque enfant de devenir un citoyen responsable et capable de prendre une place active dans la société de demain.

3. Cinq axes prioritaires ont été développés ces dernières années dans notre école afin d’atteindre ces objectifs.

Ils seront bien évidemment poursuivis. De même, la créativité découverte sous bien des aspects précédemment, restera aussi omniprésente dans notre pédagogie quotidienne.

Dans les trois années à venir, nous approfondirons nos démarches en ce qui concerne la continuité dans les différents domaines des apprentissages ainsi que l’éveil aux nouvelles technologies.

 

 

A. Education et Instruction sont indissociables

 

1. Cadre d’intégration

 

A l’heure où résonne de toute part le mot « violence » ou « indiscipline » quelque soit sa forme, il est temps de réfléchir, de décider d’intentions et d’actions à mener au sein de l’école.

Le premier axe est donc de définir les règles de vie élémentaires indispensables à l’épanouissement de l’enfant et au développement des apprentissages. En bref, c’est aider nos enfants à grandir.

Toutes les sociétés ont des lois. Quand il n’y a pas de loi bien établie, ce sont les plus forts, les plus méchants qui s’imposent aux autres. Toutes les écoles ont des règlements. Si chacun faisait ce qu’il veut quand il en a envie, il n’y aurait pas de vie possible ensemble.

De la discipline à l’indiscipline, il n’y a parfois que l’écart d’une parole déplacée, d’une attitude inconvenante, d’un regard incorrect, d’un comportement malvenu. Le meilleur moyen d’enrayer cette violence est de donner à l’élève le responsabilité de ses propres actes. Aidons-le dès lors à baliser son propre chemin. L’école ne peut prendre du sens qu’à la condition d’apparaître aux élèves comme un espace d’émancipation sociale.

Si certaines choses peuvent se discuter, se négocier, une seule ne peut l’être : la violence. Le reniement de celle-ci est le garant d’une vie démocratique.

Eduquer, c’est aussi construire de la loi. La loi structure la personnalité de l’enfant car elle représente pour lui la conscience de ce qu’il peut se permettre de ce qu’il s’interdit.

La loi élaborée collectivement est la disposition nécessaire pour faire vivre une relation éducative basée sur un rapport de confiance et non pas sur un rapport d’autorité. Il s’agira de faire autorité sans pratiquer l’autoritarisme.

2. Concrètement . . . 

Que veut-on mettre en place pour permettre à nos enfants de devenir des citoyens responsables capables de prendre une place active au sein d’une société démocratique ?

* Privilégier le dialogue, prévoir des espaces, des lieux pour s’exprimer.

* S’impliquer davantage en tant que maître, en écoutant et entendant l’enfant qui vous parle.

* Mettre en place des conseils de coopération au sein de la classe (Tendre à pratiquer la coopération de tous les acteurs plutôt que de pratiquer l’autorité.)

* Construire avec les enfants la charte qui deviendra un règlement où chacun a des droits et des devoirs. En ayant participé à son élaboration, l’enfant ne peut qu’y adhérer. Le maître l’accompagnera dans la construction de son autodiscipline.

* Répertorier ensemble des moyens à mettre en place pour faire face aux situations concrètes difficiles.

* Organiser des moments de rencontre (parents-enfants-enseignants) pour partager ces difficultés afin d’établir un contrat d’aide.

      

Mise en place de la carte des compétences citoyennes: Pour mieux vivre ensemble, des attitudes sont à privilégier!

 

Nous souhaitons mettre la priorité à quelques gestes élémentaires ...  parfois en voie de disparition...

     

 

   Au cycle 2,5-8,

 

C1: Je suis poli et je dis les mots magiques :bonjour, au revoir, merci, s’il vous plaît, …

C2: Je ne bouscule pas mes camarades lors des récréations!

C3: Je travaille et je joue avec du matériel mis à ma disposition puis je le range dans le même état!

C4: Je n’arrache rien des mains de mon camarade, je lui demande qu’il me le prête!

C5: Je ne donne pas de coups!

 

   Au cycle 8-12,

 

C1: Je suis poli, je dis les mots magiques tels que bonjour, au revoir, s’il vous plaît, merci,…

C2: Je prends conscience des niveaux de langage;

               J’utilise le langage approprié à la situation vécue! Je supprime les mots entrés dans le vocabulaire couramment utilisé par le mot correct.

C3: Je respecte mes camarades, je ne les insulte ni verbalement ni par écrit ni par geste!

C4: La violence verbale ou physique est sanctionnée directement! Mieux vaut s’expliquer afin de résoudre le conflit. Pour cela, je fais appel au délégué de classe ou au surveillant. Pas de dispute mais on discute.

C5: Je respecte  l’adulte peu importe sa fonction, c’est-à-dire que je ne parle pas plus fort que lui, je ne lui réponds pas,…

 

 

3. Valeurs.

 

CITOYENNETE - DEMOCRATIE

AUTODISCIPLINE - AUTONOMIE

COOPERATION

 

 

B. Lire- Ecrire

 

1. Cadre d’intégration

 Comme on préconisait la communication entre enseignants, parents et enfants afin de co-élaborer les règles de vie de l’école, les socles de compétences accordent la priorité à la maîtrise des outils de base du français afin de faciliter la communication qu’elle soit orale ou écrite.

 Travailler à s’approprier la langue française, c’est travailler à acquérir le langage de référence de tout apprentissage, c’est développer l’aptitude et le plaisir à communiquer, c’est accéder à la culture.

 Le lire - écrire représente donc un enjeu majeur de l’enseignement en tant que socle sur lequel se construisent d’autres apprentissages mais également comme source de plaisir et d’épanouissement de l’enfant.

2. Concrètement …

Découverte de la bibliothèque de Herve.

Animation lecture par des personnes ressources.

Emprunt de livres au bibliobus, livres réservés à la lecture individuelle en classe, dans un souci de respect du rythme de chacun.

Mise en place des cercles de lecture afin d’impliquer l’enfant dans des stratégies de compréhension, d’interprétation suivies de moments d’échanges d’opinion.

Participation au prix B.Versele ou  autre activité stimulant la lecture.

Utilisation du support informatique dans certaines activités d’expression.

Participation à l’heure du conte afin d’y susciter le plaisir de lire.

Ecriture d’articles dans un objectif de vraie communication.

Production d’écrits dans le cadre de diverses activités menées au sein de l’établissement. Application des règles régissant notre langue (orthographe, grammaire, conjugaison) qui font l’objet d’une réelle systématisation (manuscrite ou transcrite  à l’ordi)

Soutien des Enfants en difficulté par des bénévoles.

…..

 3. Valeurs. 

CREATIVITE -  RESPECT DE CHACUN - APPLICATION DES RELES - ENGAGEMENT - CITOYENNETE - ESPRIT CRITIQUE .

            

 

C. Eveil aux langues

 

1. Cadre d’intégration

La maîtrise d’une langue vivante postule le développement de capacités visant l’acquisition de quatre compétences majeures : ECOUTER - PARLER - LIRE - REDIGER.

A l’image de la langue de l’enseignement, les apprentissages liés à la seconde langue s’articulent autour de ces quatre compétences langagières fondamentales en interaction constante l’une avec l’autre : l’écoute ou la compréhension à l’audition, la prise de parole et la compréhension à la lecture et l’expression orale.

Il s’agit donc d’éveiller l’enfant à d’autres cultures tout en suscitant chez lui le plaisir de s’exprimer dans une autre langue. Dans cette optique, il s’agira de contribuer à son épanouissement et à l’enrichissement de sa personnalité dans des dimensions d’intégration sociale, morale, affective et intellectuelle.

Le cours de seconde langue, cours de communication et d’interaction sociale, fait partie intégrante de l’éducation et trouve sa place dans une pédagogie fonctionnelle et participative. C’est pourquoi, il importe que les activités s’appuient sur des situations réellement vécues en classe, qu’elles soient elles aussi fonctionnelles, qu’elles permettent à l’enfant d’apprendre et entrer en contact avec d’autres personnes qui parlent cette langue dans un souci d’interculturalité.

Le projet permettra de promouvoir les langues modernes comme facteur d’intégration européenne.

2. Concrètement …

« Dites-le dans toutes les langues ». L’important est donc d’éveiller l’enfant à d’autres sonorités que le français, à lui donner le goût d’apprendre les langues étrangères.

Dès l’école maternelle,  suivant la disponibilité des bénévoles, des animations en néerlandais seront proposées sous forme d’activités ludiques.

Dès la 3ème primaire, une initiation au néerlandais est organisée en favorisant la pratique orale de la langue par des activités telles que jeu, chant, poésie, recette….. afin qu’elle devienne un outil de communication.

Pour développer ce projet, nous souhaiterions collaborer avec une école néerlandophone...
    

3. Des valeurs développées.

 

RESPECT D’AUTRUI - DROIT A LA DIFFERENCE -  INITIATION  AUX VALEURS DEMOCRATIQUES -  SOCIALISATION - SENS CRITIQUE - CONFIANCE EN SOI.

 

D. La santé: une richesse inestimable

1. Cadre d’intégration.

Qu’entend-on par projet santé ? 

La santé, au sens large du terme sort désormais du cadre médical. Chacun peut y trouver les clés d’une meilleure connaissance de soi, d’une relation harmonieuse avec l’autre et avec l’environnement.

On développera donc deux aspects:

- l’aspect physique (biologique).

- l’aspect mental (psychologique).

Le développement harmonieux de ces deux pôles visera à assurer à chaque individu le « bien être » qui lui donnera de meilleures chances d’intégration sociale.

En bref, reprenons une vielle maxime « Un esprit sain dans un corps sain »

Lieu de passage obligé, espace d’apprentissage, de rencontre, d’initiation, l’école a réellement un rôle primordial à jouer en matière d’éducation à la santé.

 

2. Concrètement.

- Promouvoir des activités sportives ; des initiations aux différentes disciplines en collaboration avec différents organismes tels que ADEPS, Province, …

 - Organisation de classes de mer et de neige;

- Assurer à chaque classe maternelle des séances de psychomotricité.

La psychomotricité est un élément déterminant du développement de l’enfant. Elle propose des techniques permettant à celui-ci de connaître son corps, son environnement immédiat et d’y agir de façon adaptée.

Les séances favorisent le développement corporel et soutiennent les apprentissages cognitifs chez les enfants.

C’est un moment privilégié où l’enfant part à la découverte de son corps, à la rencontre des autres enfants et de l’espace qui l’entoure.

La psychomotricité est un outil formidable pour aider cet enfant à exprimer par son corps ses tensions et ses moments de bonheur.

C’est aussi le moment où l’enfant est libre de courir, de sauter, de grimper, de se faire peur…

Le maître de psychomotricité l’incite progressivement à découvrir ses limites, à se coordonner et à se situer dans l’espace.

Pour recevoir un enseignement plus abstrait, le petit enfant doit être d’abord à l’aise avec ce qui est plus concret, c’est-à-dire lui-même.
   
C’est là que réside l’intérêt fondamental de la psychomotricité !

    * Collaboration avec des associations telles que les PMS et PSE.

    * Organisation d’un cours de Benjamin Secouriste en 6ème année.

    * Réflexion en ateliers avec des partenaires extérieurs sur différents thèmes concernant la santé : le sommeil, les assuétudes, l’hygiène, la violence, .

    * Visites diverses : hôpital, dentiste, …

    * Promotion d’une alimentation plus saine : fontaine à eau, déjeuner, collation,     (gestes simples mais quotidiens.)

    * Education du dos : des gestes qui soulagent, préconisés par de spécialistes. (Tri pour alléger les mallettes, … )

    * Embellissement de l’environnement dans lequel l’enfant vit afin qu’il lui procure bien-être, sérénité, joie de vivre : plantations diverses, aménagements intérieurs et extérieurs des classes, ...

3. Valeurs.

 

AUTODISCIPLINE - AUTONOMIE - GOUT DE L’EFFORT -

                      FAIR PLAY - COOPERATION -  RESPECT DES REGLES -

                      CONFIANCE EN SOI - CITOYENNETE

 

 

E. Nombres et grandeurs

1. Cadre d’intégration

L’univers des nombres et des grandeurs est un domaine complexe dont la maîtrise des compétences de base est indispensable pour une intégration et une émancipation sociale pour tout individu.

C’est pour atteindre cet objectif, qu’il nous paraît important d’optimaliser nos pratiques de classe dans ces domaines.

Le nombre est un concept enseigné sur une longue durée et qui s’acquiert au fil d’étapes successives de la compréhension.

Pour se construire, un concept mathématique doit se travailler à de multiples occasions avec des approches diversifiées en continuité sur  l’ensemble de la scolarité et ce, dès la maternelle.

2. Concrètement…

Dès la maternelle, « jouer » les mathématiques avec le corps, dans l’espace

Construire les boîtes à nombres grâce à des situations de vie multiples..

Réciter les comptines numériques.

Suite à l’analyse des résultats des épreuves externes certificatives ou non, dégager en équipe des pistes de remédiation aux erreurs relevées au sein de notre établissement et planifier nos actions.

Planifier l’étude des nombres clés et des tables de multiplication au sein de chaque cycle.

Uniformiser nos pratiques quant à la décomposition et la recomposition de ces nombres.

Aborder les opérations mathématiques, démarches mentales complexes au départ de situations problématiques concrètes chargées de sens pour les enfants.

Suites aux formations suivies en équipe dans ce domaine, construire des référents évolutifs au fil de l’année et en fonction des situations vécues.

3 .Des valeurs développées

CITOYENNETE – RIGUEUR – SOCIALISATION – SENS CRITIQUE – AUTONOMIE – APPLICATION DES REGLES

 

 

F. Eveil aux nouvelles technologies


1. Cadre d’intégration

Un des buts de l’école est de former les citoyens de demain, de les préparer de manière à leur donner un maximum d’atouts pour réussir leur intégration et y prendre un rôle actif. A l’époque à laquelle nous vivons, il est donc indispensable que l’école suive de près ou de loin son évolution technologique. C’est dans cet esprit que l’équipe pédagogique de notre école s’inscrit.
C’est dans la bonne humeur et avec l’envie de vouloir évoluer avec son temps que les deux personnes relais, membres de l’équipe pédagogique, ont, à plusieurs reprises, initié (et cela ne s’arrête jamais !) tout le personnel à l’utilisation de ces nouveaux outils pédagogiques. Ainsi, rapidement, les enfants ont pu en prendre connaissance et profiter de l’apport d’un tel équipement.
Que ce soit pour des recherches, pour une systématisation de la matière, pour une remédiation ou un dépassement, pour soigner la présentation d’écrits ou encore pour l’adaptation d’un document pour les élèves à besoin spécifique… ces outils, utilisés bien évidemment pour servir les apprentissages, sont un atout supplémentaire.
Grâce à l’intervention financière du Denier scolaire de notre école, certaines classes ont été équipées de projecteurs ou de tableaux interactifs et font donc partie aussi d’une avancée technologique au service de la pédagogie. Rassurez-vous, ce n’est pas un phénomène de mode mais surtout un choix mûri depuis de longs mois quant à son apport point de vue pédagogique. L’appropriation d’un tel outil demande à nouveau un investissement personnel de la part des personnes qui l’utilisent.
En conclusion, je souhaite mettre en avant la demande et la volonté de l’ensemble des membres de l’équipe de notre école à s’investir personnellement dans ce choix qui me paraît être un outil supplémentaire, complémentaire au service de la pédagogie. Attention, tous les apprentissages ne peuvent bien évidemment pas passer par l’utilisation de ces machines. Le rôle du maître restera toujours prépondérant et primordial tant dans les apprentissages que dans son rôle de gestionnaire des relations humaines : « Maître d’école reste tout un Art ».

2. Concrètement…

Dès la maternelle, initiation à l’utilisation de la souris et de l’ordinateur par des jeux( affiner la psychomotricité manuelle), travail de l’acuité visuelle et auditive, jeux mathématiques ou activités enrichissant le langage,…

Dans le primaire, systématisation de notions diverses, remédiation, extension avec retour direct et personnel des résultats, présentations d’écrits… En P5-6 s’ajouteront des recherches via internet, la réalisation du passeport TIC et aussi une sensibilisation aux dangers du net ! A ce sujet, le travail doit être envisagé avec les parents, les enfants et tous les éducateurs. Il est bien évident qu’outre des filtres, des campagnes de prévention, un point essentiel est l’éducation aux médias. Tout supprimer, filtrer, interdire,… ne suffit pas à rendre l’enfant critique et responsable. Soyons vigilants, aidons-le à analyser les situations de vie rencontrées au fil du temps. Accompagner l’enfant dans ce sens permettra à chacun de grandir et devenir un citoyen prudent et participatif dans notre société.

3 .Des valeurs développées

CONFIANCE EN SOI – DEPASSEMENT DE SOI  – AUTONOMIE  – AUTODISCIPLINE  – RIGUEUR  – CITOYENNETE

 

 

G. Campagne de prévention des violences scolaires et
 du harcèlement afin de favoriser le bien-être de chacun.


Cette nouvelle disposition fut suggérée par le service des Sciences de la Famille de l’Université de Mons suite à des recherches menées dans le département de Mr Humbeeck. Ce dernier a proposé aux établissements scolaires :
    •    A. de modifier le déroulement des récréations ;
    •    B. d’instaurer des cercles de paroles ;
    •    C. d’installer un conseil de discipline.

    •     La modification de l’organisation des récréations.
Cette modification permet de favoriser au maximum la Non-violence entre les enfants lors de ces moments de jeux « libres » et veiller à ce que chaque enfant puisse profiter de ces temps de détente.
Le but est donc de créer des espaces de jeux organisés afin de répondre au mieux aux besoins de chacun tant en maternelle qu’en primaire.
La mise en place de ce projet a été partagée par l’ensemble des membres de l’équipe éducative de notre école (enseignants, surveillants du matin, de midi et du soir). Dès lors, les enseignants ont assisté à plusieurs périodes de formation qui nous a permis de prendre connaissance du contenu des recherches qui ont abouti à la proposition de ce projet. Ensuite, le responsable de l’Univ. Mons s’est rendu dans notre école pour envisager l’application concrète de ce nouveau dispositif selon la disposition des lieux.
Concrètement, les zones sont délimitées par des bandes de couleur marquées au sol et expliquées aux enfants :
Zone blanche : jeu de foot et/ou basket
Zone jaune : jeux avec mouvement
Zone bleue : activités calmes

Du matériel (corde à sauter, élastiques, balles,…) et des jeux sont proposés dans chaque zone(les suggestions à ce niveau sont les bienvenues !) et les règles y sont clairement définies et communiquées.

Lorsqu’un conflit survient dans un de ces espaces, les 2 (ou plus) enfants concernés sont appelés par le surveillant au banc des émotions, de réflexion. Ce temps d’arrêt leur permet  de gérer leur colère, leur impulsivité et souvent réguler le conflit. Suivant la gravité et/ou la répétition des faits, le surveillant pourrait aussi décider d’une sanction plus importante.  (voir gradation des sanctions ci-dessous)

Lors de ces périodes de jeux libres, l’accès aux toilettes sera régulé par le surveillant qui attachera une pince à linge à un vêtement de l’E. Ce geste permet d’éviter les rassemblements dans les wc ainsi que les conséquences qui en découlent : conflits non visibles, dégradations des lieux,…

Parallèlement à ce dispositif, nous avons organisé les récréations par cycle (M1, M2-3, P1-2, P3-4 et P5-6) dans les différentes cours avec un  décalage horaire (entre 9h50 et 10h30). Ces 2 mesures impliquent plus de disponibilité des espaces pour chaque classe ce qui engendre donc moins de conflit et de violence au sein de nos cours.


    •    Organiser et animer les cercles de paroles.
En primaire, ce temps de paroles et d’écoute permet aux élèves de s’exprimer dans un lieu « sécurisé », à certains enfants d’entendre, à  d’autres de soulever des situations problèmes au sein de la classe, de l’école,…
Les cercles de paroles sont réguliers et/ou peuvent être suggérés par l’élève ou un membre de l’équipe éducative. Lors de cet échange, 5 règles élémentaires sont à respecter:
    •    Une émotion se dit et ne se contredit pas.
    •    C’est l’adulte et exclusivement lui qui donne et qui reprend la parole.
    •    On ne nomme pas, on ne désigne pas et on n’accuse pas.
    •    Le titulaire fait appel aux ressources du groupe pour trouver une solution.
    •    Le titulaire assure la permanence de ces conseils, la continuité des décisions et régule les relations entre les enfants avec une attention particulière.
Les enseignants veillent à communiquer tout élément observé, rapporté,… et ce, avec objectivité,
    au titulaire de classe, gestionnaire de ce dispositif.

En maternelle, on exprimera plutôt des émotions par dessins, émoticones, tableau d’affichage,…
Des cercles de paroles seront adaptés et mis en place progressivement suivant l’âge des enfants.

    •    Installation d’un conseil de discipline.

Détermination et gradation des sanctions lors de faits avérés, répétés,… :

 - non respect des règles dans les zones de récréation ;
 - violence verbale ou physique envers un camarade ou un adulte ;
 - non respect des règles de vie élémentaire à l’école (dégradation, harcèlement …).


1ère remarque

L’enfant énonce la règle transgressée au surveillant qui au besoin, peut demander un temps d’arrêt sur le banc de réflexion.


2ème remarque

L’enfant est arrêté pour la récréation en cours sur le banc de réflexion.


3ème remarque

L’enfant est à l’arrêt pour la journée, le titulaire est prévenu. Ce fait est signalé aux parents par le titulaire dans le journal de classe.


4ème remarque

Interdiction de récréation pendant une semaine et service à effectuer pendant les moments « libres ». Le calendrier des comportements est mis en route. Ce dernier est transmis aux parents chaque fin de semaine pour signature et pour appui parental nécessaire.


Des faits graves, avérés sont relevés ou suite à une répétition des faits précités (ex. : harcèlement, cyberharcèlement,…)

L’E est convoqué devant le conseil de discipline de l’école constitué de la direction, de la sous-direction, du surveillant et de son titulaire.
Cette convocation ainsi que la sanction imposée ou suivi demandé seront par ailleurs notés sur le calendrier disciplinaire.
Sanctions (si possible en relation avec les faits) :
    •    Effectuer un travail écrit de réflexion sur le fait reproché,
    •    Ecrire une lettre d’excuse,
    •    Rendre des services,
    •    Réparer le matériel dégradé ou le remplacer
Suivis, aide :prise en charge par l’AMO, le PMS, le PSE, l’équipe mobile de la FWB,…  



Après la mise en place progressive et  les adaptations apportées à cette organisation durant l’année scolaire 2016-2017, nous poursuivrons ce projet dans les années à venir.